Planet Malek, le documentaire

Toute collection est le fruit d'heures de travail, de conception de prototypes, d'ajustement des matières mais également d'un temps de recherche qui inspirera plus tard le designer dans la modélisation de ses silhouettes, dans son univers artistique et également dans les messages qu'il souhaite transmettre.

Ce nouvel article, ne parlera pas de mode, mais d'une personne qui a donné un héritage formidable aux Djs du monde entier, M. Ahmed Malek.

Ses mélodies envoutantes sont peut-être aujourd'hui plus connues en Algérie que lui-même. Celui que l'on surnomme le « Ennio Morricone d'Alger » a composé les musiques de pas moins de 200 films, dont de grand succès appartenant à ce que l'on appelle La Nouvelle Vague Algérienne des années 1970-1980.





Tel un designer de mode, la jeune artiste, Dj et documentariste, Paloma Colombe est très inspirée par les créations d'Ahmed Malek, véritable précurseur de la musique électronique. C'est naturellement, et produite par le label Allemand Habibi Funk, que la jeune franco-algérienne décide de réaliser un documentaire sur Ahmed Malek. Elle part à Alger avec sa caméra à la recherche de la famille et des proches du compositeur décédé en 2008.

« Quand Jannis, du label Habibi Funk, m'a proposé de réaliser ce film, j'ai pensé que c'était une excellente occasion de faire connaitre la musique d'Ahmed Malek au grand public, aussi bien en Algérie, - où je me suis aperçue que la jeune génération le connaissait peu - que dans le reste du monde. Avec ce film, je veux permettre aux algériens de se réapproprier leur patrimoine culturel. C'est la raison pour laquelle nous l'avons mis en ligne sur Youtube, afin qu'il soit accessible au plus grand nombre. »



« Par un réflexe ethnocentré, on a souvent tendance à comparer le compositeur de la R.T.A (Radio Télévision Algérienne) à d'autres grands compositeurs de musique de films européens. Pourtant, Malek est l'un des plus grands de sa génération. Il a, véritablement, inventé un son qui lui est propre : le "son Ahmed Malek", métissage de sonorités musicales variées - latines, jazz, afro - rapportées de ses voyages avec ses propres compositions. Avec ce film, je veux participer à la réécriture de l'histoire de la musique de film non-européenne. »

Deux particularités de la carrière d'Ahmed Malek sont explorées dans le film :

Ahmed Malek, le Globetrotter :

Sa longue carrière lui fit effectuer de nombreux voyages à l'international : Japon, 6 mois en 1970; Canada, Cuba (festival électroacoustique) France (printemps de Bourges), Espagne ( Exposition Universelle de Séville)...

Ahmed Malek, le Précurseur :

Le Japon lui a donné l'inspiration de la M.A.O (musique assistée par ordinateur). A son retour en Algérie il crée son propre home studio. Il est l'un des premiers en Algérie et au Maghreb à travailler ainsi.



Le documentaire est un véritable jeu de piste dans les rues d'Alger. Dans un souci de proximité et de confiance avec les personnes qui ont accepté de lui ouvrir leurs portes, Paloma Colombe décide d'être seule avec sa caméra.







Hénia Malek, fille du compositeur, lui donne accès à bon nombre d'archives dans l'appartement familial. S'en suit des échanges chaleureux avec Aïda Guéchoud, actrice algérienne très connue, ainsi que sa famille qui comptait Ahmed Malek comme un frère. L'artiste est en effet intervenu dans bon nombre de musique de film dans lesquels Mme Guéchoud a joué.

Le documentaire se replonge dans les créations d'Ahmed Malek, dans ses voyages, ses travaux, sa vie, mais il n'en reste pas moins ancré dans l'Alger contemporain, parfois mélancolique. Nous percevons cette façon de tourner comme une véritable ouverture positive et pleine d'humanité vers le présent, vers la génération actuelle de Djs.



Artiste et documentariste talentueuse, Paloma Colombe produite par Habibi Funk, a su rendre magnifiquement hommage à Ahmed Malek, voyageur ouvert sur le monde, précurseur de la musique électronique.



Nils

Photos et Documentaire : Paloma Colombe
Habibi Funk

 
Partager cet article :